Arnaud Dudek – « Une Plage Au Pôle Nord »

Le froid devient illusion si l’on croit à la chaleur. Cette maxime résume en partie le troisième roman d’Arnaud Dudek publié chez Alma Éditeur. Le lecteur peut y voir doucement fondre la neige au printemps. Il la contemple tandis que les couleurs changent de saison.

Ceci paraît un peu trop métaphorique pour une introduction. Et pourtant, dans Une Plage Au Pôle Nord, ce changement est réel et joue même un rôle important. Ce sont les mouvements de l’être. Car la neige fond à l’intérieur des personnages principaux qui s’appuient sur une intrigue inspirée par les imprévus du quotidien.

Des couples se font et se défont. D’un côté, Françoise qui a perdu son mari dans un éclat de nostalgie. Elle aurait pourtant rêvé d’une fin plus spectaculaire et hollywoodienne pour leur relation. Elle se retrouve dès lors veuve mais désire trouver un nouveau compagnon. Elle utilisera notamment les sites de rencontres sur internet pour mener à bien son objectif. Ce qui débouchera naturellement sur des situations parfois cocasses.

D’un autre côté, Jean-Claude, jeune père, dont l’ex-femme n’a pas encore dit son dernier mot. Ce divorcé est précipité malgré lui, par son ami Pierre, dans une histoire étonnante qui débute par une lettre et un appareil photo. Leur amitié en prendra-t-elle un coup ? C’est la question centrale du livre. L’amitié est même sa trame principale. Jean-Claude arrive ainsi en ami dans la vie de Françoise par pur hasard et notamment à l’aide d’un verre de Porto. Il l’aidera à choisir le profil idéal. Elle le poussera à être plus fier de lui-même.

Enfin, revenons un instant à Pierre, le juriste qui se rêve dessinateur de bande dessinée. Il est d’un tempérament joueur et intrigue par son statut d’intermédiaire entre les différentes histoires à l’œuvre dans le roman. En effet, il introduit parfois les situations qui viendront dans les pages suivantes. Il intervient souvent furtivement dans le texte. Il donne l’impression de déclencher des feed-back, de décider de l’ordre dans lequel il raconte son histoire, de discuter avec l’auteur et le lecteur, d’avoir une certaine main mise sur le déroulement des choses. Il semble tenir le crayon qui écrit le récit. Jusqu’au jour où ce contrôle apparent ne sera plus que partiel. Pierre s’amourache notamment de l’ex-compagne de Jean-Claude. Il perturbe par conséquent la discrétion et la fragilité de son ami et donne à l’histoire une autre perspective.

Ces rebondissements tiennent continuellement en haleine le lecteur. Il est impliqué dans le destin de tous les personnages. Il apprend à les connaître, les devine au fil des pages, les voit exister au quotidien sans qu’il n’entre trop de leurs sphères privées. Parlons enfin du couple de retraité dont l’histoire semble sans intérêt mais qui jouera pourtant un rôle primordial dans le dénouement du roman. Ils sont comme détachés de la structure du roman et pourtant le dernier geste de loyauté leur appartient. N’en parlons pas trop, finalement.

Considérons plutôt l’écriture d’Arnaud Dudek. N’est-ce pas le plus intéressant ? C’est en tous les cas approprié pour terminer cette note de lecture. Il semble écrire pour perdre le lecteur. Il n’hésite pas à utiliser de l’humour dans les situations les moins légères. Il décrit des personnages dont les destins se croisent par hasard ou par les circonstances de la vie. Il les met en face de réalités quotidiennes que nous n’aimons pas vivre. Il les construit lentement et puis, au milieu du roman, le rythme de lecture change, tout s’accélère et les connexions se font.

Arnaud Dudek maîtrise donc l’art de la surprise et de l’inattendu. Ces deux mots correspondent au titre, très justement imagé, du livre : Une Plage Au Pôle Nord. Comme s’il y avait toujours un lieu confortable où se réchauffer quoi qu’il arrive. On pourrait évoquer une chaudière sur un glacier des Alpes. Que représenterait-elle ? Peut-être la petite parcelle chaude de notre personnalité qui changerait les froideurs de l’être les plus extrêmes, la mort, le divorce, la trahison, en quelque chose de plus chaleureux. Le soleil ? Les beaux moments ? La glace ? Les galères ? Peu importe, en fait, puisque tous ces éléments sont nécessaires et complémentaires pour former une belle amitié.

Arnaud Dudek, Une Plage Au Pôle Nord, Alma Éditeur, 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s