C.-F. Ramuz – « Paris »

« Il faut bien constater d’ailleurs qu’il y a une grande différence entre voir et regarder, que les deux opérations sont mêmes contradictoires. Ou du moins que s’appliquer à voir empêche souvent de voir et que vouloir voir, c’est ne plus voir. Votre œil n’obéit pas à votre volonté: il enregistre à son idée. Il se trouve être quelquefois indépendant de votre esprit, je veux dire la part de vous-même où réside la mémoire (…) On ne sépare pas mémoire et imagination; l’imagination est dans la mémoire comme un ferment, d’où des métamorphoses incessantes. »

C.-F. Ramuz, Paris, NRF, Gallimard, 1939, 219 pages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s